Vernon

À Vernon

La salle d’accouchement nature ouvre ses portes

Le 15/05/2015

Puits de lumière naturelle, bois clair, couleur parme sur les murs et les revêtements, lumières tamisées..., la salle nature de la maternité de Vernon a plus le look d’une chambre d’hôtel que d’une salle d’accouchement. Ça tombe bien : c’est l’objectif voulu par le centre hospitalier de Vernon et son service maternité. « Les femmes peuvent y accoucher comme à la maison, de façon physiologique, non médicalisée, décrit Christelle Beillon, sage-femme cadre, mais avec la sécurité hospitalière. Les futures mamans s’y positionnent comme elles le veulent et les papas sont aussi beaucoup plus actifs. » RÉNOVATION Ici, pas d’étriers, de moniteurs mais un grand et élégant lit rond, une jolie baignoire, un fauteuil et un gros ballon, à la disposition des patientes. Les élégants meubles plaqués dissimulent le matériel médical, en cas de besoin. Certaines femmes choisissent d’accoucher dans cette pièce par culture, d’autres par conviction. « La patiente peut demander une médicalisation en cours d’accouchement », rassure Christelle Beillon, qui travaille dans le service vernonnais depuis quatre ans et demi. La salle nature, créée il y a plus de deux ans, a enregistré 57 naissances depuis son ouverture, soit environ 25 chaque année en moyenne, contre un peu plus de 700 par an dans l’établissement. Certaines mamans y accouchent, d’autres s’y préparent. Trop peu pour la seule pièce de ce type dans le département de l’Eure. Elle manque de notoriété. C’est dans l’objectif de la faire connaître au plus grand nombre que l’hôpital de Vernon en ouvre les portes demain vendredi, de 13 h à 18 h 30, et ce, pour la première fois. « Cela permet de montrer que la maternité a rajeuni, qu’elle s’est adaptée aux patientes », clame Christelle Beillon, à l’origine de l’ouverture de cette salle nature. « Mais c’est un travail d’équipe, mené en commun, s’empresse-t-elle de préciser. J’ai bien sûr été épaulée par la direction pour sa mise en place et par le personnel. Il y a eu une volonté commune. » Toutes les sages-femmes ont suivi plusieurs jours de formation pour intervenir dans cette salle d’accouchement pas tout à fait comme les autres. Au total, le service maternité emploie une quarantaine de personnes, sans parler des médecins. De niveau 1, c’est-à-dire qu’elle prend en charge les grossesses à partir de 37 semaines d’aménorrhée, la maternité de Vernon compte 10 chambres individuelles, contre cinq auparavant et trois doubles. Christelle Beillon n’en est pas peu fière. À raison. Tout a été rénové : couleurs fraîches sur les murs des couloirs, ambiances différentes dans les chambres, qui disposent désormais d’un espace bébé alors qu’avant, il y avait une nursery centrale. Même les horaires du personnel ont été modifiés avec des permanences de douze heures pour mieux accompagner les mamans.

EN SAVOIR PLUS