Limoges

Clinique des Émailleurs

Une salle d'accouchement pas comme les autres

Le 24/04/2013

Après Mario né le 7 avril, Juliette est le deuxième bébé à voir le jour dans cette salle qui accueille des femmes voulant accoucher dans un espace moins médicalisé. Ce n'était pas prévu, mais l'expérience fut magique pour Audrey et Thomas Becuwe, couple de trentenaires limougeauds. Leur petite fille, Juliette, 2.240 kg pour 49 centimètres, est née samedi matin dans une salle nature – la première en Limousin – équipée d'un très grand lit, d'une baignoire de dilatation et au décor zen. « En arrivant samedi matin à la clinique, comme l'accouchement se présentait bien et qu'il n'y avait pas de problème, on m'a proposé d'accoucher ici, explique la jeune maman. Je m'étais renseignée avant et comme je ne voulais pas forcément de péridurale, j'ai tout de suite accepté ». « On pourrait presque se croire en thalasso ! » Mise en service depuis fin mars, cette pièce – l'une des cinq salles de naissance de la clinique – permet aux femmes de donner la vie dans un environnement moins uniformisé. « J'ai vécu un premier accouchement classique, mais sans péridurale, reprend Audrey. On sent le poids de la technique. Lorsque l'on voit des aiguilles, on peut se dire qu'il y a un risque que ça se passe mal ». Murs blans, bois, grandes photographies de nature : La jeune femme et son mari ont tout de suite été séduits par l'ambiance zen de la pièce. « Rapidement, je me suis sentie détendue, ce qui permet de reprendre de l'énergie. Ici, tout aide vraiment à se sentir bien. J'ai pu écouter ma musique. Je me suis même dit qu'entre deux contractions, dans la grande baignoire, on pourrait presque se croire en thalasso ! ». Un retour au naturel, à un accouchement plus "humain" dans un environnement médicalisé, c'est aussi ce qui a rassuré le couple. « Je n'aurais jamais accouché seule chez moi, souligne Audrey. Ici une sage-femme, puis un obstétricien nous ont accompagnés ». Cet espace se trouve juste à côté d'une salle d'accouchement, d'une salle de césarienne, et de la réanimation bébé. Juliette est née vers 11 h 30, soit deux heures après l'entrée d'Audrey dans la salle nature. « J'ai choisi d'accoucher sur le fauteuil, mais il est possible de rester sur le lit ». Par le fait d'aider sa femme à passer d'un endroit à un autre, Thomas s'est senti plus acteur dans la naissance de sa fille. Après l'accouchement, les parents et le bébé restent environ deux heures dans le grand lit. « On était en famille dans un lieu cocooning. C'était magique », souligne-t-il. Projet d'accouchement. « Aujourd'hui, les femmes arrivent avec des projets d'accouchement. Le retour au naturel est largement exprimé », explique Line Mullot, infirmière puéricultrice. Elles trouvent ici un compromis entre un accouchement à la maison et un autre, hypermédicalisé. La naissance se passe naturellement, sous surveillance mais sans gestes invasifs médicaux ». Mais l'accouchement dans cette salle doit être soumis à certaines règles. « On garde un accès veineux et on pratique un monitoring toutes les heures. Il est hors de question de mettre la maman ou le bébé en danger. La grossesse doit être simple et il ne doit pas y avoir de problèmes particuliers. Pour un prématuré par exemple, ce n'est pas possible ». L'important souligne encore l'infirmière, c'est qu'à tout moment, il existe une porte de sortie. « Dès que la maman le souhaite, il est possible de retourner dans une salle d'accouchement médicalisée pour une péridurale ». Estelle Rosset

EN SAVOIR PLUS